stats count

vendredi 21 mai 2010

Le Repères d'Ecopublix, ou le paradoxe de l'action collective illustré


Chez Ecopublix, on est friands d’expériences naturelles (ou contrôlées, d’ailleurs). Alors quand les éditions La Découverte nous ont contactés en novembre 2007 pour rédiger un ouvrage d’introduction à l’économie publique, c’est avec une joie non dissimulée que nous avons accepté de relever le défi. Pensez donc ! Nous allions enfin pouvoir tester empiriquement le paradoxe de l’action collective et il était hors de question de laisser passer une telle opportunité. Le contexte était idéal : 8 auteurs, un fort coût individuel pour un faible rendement à la participation à l’action, d’importants problèmes de coordination, sans négliger une contrainte budgétaire de 120 pages imposant des arbitrages drastiques ! Que pouvions-nous demander de plus ? Fort de ce cadre expérimental, c’est le cœur vaillant que nous nous sommes lancés dans l’aventure.

L’expérience fut un franc succès : l’écriture du livre, que nous pensions pouvoir achever en quelques mois, s’est étalée sur près de deux ans, entre débats interminables sur le choix du plan, calvaire de la rédaction, réécriture de chapitres entiers, collecte des données pour les graphiques et tableaux, etc.

Néanmoins, nous sommes maintenant à même de vous présenter le bébé, dont nous sommes très fiers (cliquer sur le widget pour feuilleter l’introduction et la table des matières) :


L’ouvrage propose une introduction à l’économie publique et cherche à rendre accessibles au plus grand nombre les enjeux et concepts de cette branche de l’économie en plein essor tout en s’appuyant sur les résultats des études empiriques les plus récentes. Il comprend six chapitres qui traitent respectivement des justifications et des contraintes de l’intervention publique, de la fiscalité, de la régulation des marchés, des dépenses publiques, de redistribution et, enfin, de l’évaluation des politiques publiques.

Comme on pouvait s’y attendre, la rédaction du Repères (qui n’a réellement commencé qu’à partir du mois de décembre 2008 et a duré 13 mois, après une phase de « gestation » d’un an…) a clairement réduit la production de posts sur le blog en 2009 par rapport à 2008. Le graphique suivant, qui indique l’évolution du nombre de posts publiés chaque mois (en moyenne mobile sur deux mois) depuis le lancement d’Ecopublix est agrémenté de quelques citations extraites de nos échanges par mail :


Pour mesurer l’effet causal du Repères sur notre productivité de blogueurs, nous avons cherché à comparer le nombre de posts effectivement publiés sur le blog pendant la période de rédaction du livre à l’évolution que l’on aurait constatée en son absence. Cette évolution « contrefactuelle » n’étant bien entendu pas observable, elle ne peut être estimée qu’à partir des évolutions constatées antérieurement. Pour y parvenir, nous avons calculé pour chaque mois compris entre novembre 2009 et décembre 2010 la moyenne des posts publiés au cours des deux années précédentes :


Le constat est sans appel : la perte de productivité imputable à la rédaction du Repères s’élève à environ 3,3 posts par mois, soit un total de près de 44 posts au cours de la période !

L’effet de « cannibalisation » du blog par le Repères ne semble pas cependant suffisant pas pour expliquer la baisse d’activité constatée sur le blog car cela supposerait qu’un post corresponde à environ à 3 pages d’un Repères (qui en fait 120), alors que la taille moyenne d’un post est plutôt de 5 pages en équivalent Repères. La rédaction du bouquin a donc bel et bien entraîné une « perte sèche » : le coût de cette entreprise collective a conduit à une baisse des contributions individuelles au blog plus importante que l’équivalent travail nécessaire à la production du bien public !

Cette perte sèche peut néanmoins tout à fait se justifier si la valeur (et l’utilité) de cette œuvre collective dépasse celle des contributions des auteurs : l’ouvrage est vendu au prix modique de 9,50 euros…
_Ecopublix_

9 commentaires:

Jim Y a dit…

Ce post aurait pu être intitulé : "la procrastination en action" (on enest tous là !?)

Rien que pour la peine endurée... ça donne envie de le lire !

JIM Y
(http://confianceetresponsabilite.blogspot.com/)

Moggio a dit…

Je vais commencer la lecture de votre "Repères" (bravo !). La quatrième de couverture de votre "Repères" indique un autre "Repères" intitulé L'évaluation des politiques publiques. Auriez-vous consacré un billet-note de lecture à ce "Repères"-là ? (Est-ce un bon livre ?) Merci.

lomki a dit…

Avec une promotion pareille, j'irais presque jusqu'à lire un livre sur l'économie. :)
Cela dit, bravo! Votre souffrance en valait la peine !

Thomas a dit…

@ Moggio : si je ne dis pas de bêtise, le Repère que vous citez est un livre orienté science politique qui s'intéresse plus au processus de naissance et de mise en place des politiques publiques par les administrations qu'à l'évaluation de leur impact.

Je viens de finir le livre qui est très bon.

Comme vous je regrette qu'il n'y ait pas de manuel de référence sur le sujet en français. A quand le Pearson ? ;-)

marion a dit…

Un simple message pour vous féliciter pour cet ouvrage que je viens de terminer et que je trouve trés clair et stimulant. Il allie rigueur scientifique et approche pédagogique. je le recommande vivement!

Antoine a dit…

@Marion: Merci!

Moggio a dit…

Je viens de le terminer. C'est un petit livre remarquable, sur le fond comme sur la forme. Bravo ! :)

Quentin.W a dit…

Fini ce petit manuel très bien fait, lever de rideau sur tous ces termes obscurs d'économie politique(pour un novice BL-ien comme moi) qui attiraient ma curiosité !
Merci :)

Anonyme a dit…

Je viens juste de terminer votre "repère" sur les politiques publiques: bravo !! c'est d'une clarté impressionnante, et ça fait un bien fou de comprendre quelque chose...

Enregistrer un commentaire