stats count

samedi 2 février 2008

Elections américaines : l'importance du facteur chance


A l’approche du « Super Tuesday » du 5 février prochain, et alors que le suspense est à son comble dans les camps de chaque parti pour la désignation des candidats démocrates et républicain, un article de l'économiste américain David Lee qui vient de paraître dans le Journal of Econometrics, s’intéresse justement aux élections américaines. L'objectif de ce papier ? Mesurer précisément l’avantage conféré au parti au pouvoir dans la course pour les élections suivantes, en montrant qu'un petit peu de chance le jour d’une élection augmente fortement la probabilité de réélection !

Lee étudie les données des élections américaines au Sénat entre 1948 et 1998, et met en évidence la régularité suivante : le parti qui a gagné un siège lors d’une élection a de très fortes probabilités de le conserver à l’élection suivante. Le graphique suivant montre en effet que le taux de réélection du parti qui a gagné l’élection précédente (Incumbent party) est de près de 90% au cours de la période. Le graphique montre aussi que le candidat qui a gagné une élection a environ 80% de chances de se représenter et de gagner à nouveau.


Cependant, ces observations ne permettent pas de conclure que le fait d’être au pouvoir confère un réel avantage pour regagner les élections. En effet, les qualités qui ont permis à un candidat de gagner une première élection ont de fortes chances d’influencer positivement sa réélection. C’est ce que l’on appelle en économétrie le problème d'« endogénéité » : comme les qualités du candidat sont corrélées à la fois avec la variable explicative (avoir été élu une première fois) et la variable expliquée (être réélu), et que ces qualités ne sont pas toutes observables, et rarement mesurables, il est difficile d’isoler l’effet propre d’une première élection sur la probabilité d’être réélu.

Pour contourner ce problème, la stratégie d’estimation de Lee consiste à restreindre son analyse aux candidats qui ont gagné ou perdu l’élection de justesse. On peut considérer que les candidats qui ont obtenu 49,95% des voix à une élection et ceux qui en ont obtenu 50,05% avaient au départ quasiment la même probabilité d’être élus, étant données leurs caractéristiques. L’hypothèse faite par Lee est donc que ces candidats ont des qualités comparables, mais que la chance a fait que l’un a perdu et l’autre a gagné : le candidat qui a obtenu moins de 50% des voix n’est pas élu, alors que celui qui a obtenu plus de 50% accède au pouvoir. On peut ainsi comparer le taux de réélection des candidats élus de justesse à celui des candidats qui ont échoué de justesse à une élection pour estimer l’impact causal d’une première élection. Le graphique suivant montre ainsi la probabilité de gagner pour un candidat démocrate à l’élection suivante (t+1) en fonction de la part du vote à la première élection (en t). On observe une très nette discontinuité aux alentours de 50% des votes : les candidats qui ont été élus de justesse ont une probabilité beaucoup plus forte de se faire réélire d’environ 55% alors que les candidats qui ont perdu de justesse ont une probabilité d’être élus la prochaine fois de seulement 10%.


Le fait d’accéder au pouvoir, même grâce à la chance, confère donc un avantage très important pour l’élection suivante. La technique de Lee, baptisée Regression Discontinuity Design (et souvent abrégée en RDD), est d’ailleurs très utile pour évaluer l’impact de programmes dont les bénéficiaires sont choisis en fonction d’une caractéristique sous jacente qui varie de façon continue : cette méthode a par exemple été utilisée pour étudier l’impact de la réception de bourses universitaires, attribuées selon le score obtenu par les étudiants à un examen.

Pour revenir aux élections américaines, on peut se demander si les résultats de Lee, qui concernent les élections sénatoriales, peuvent s’étendre aux présidentielles. Le petit nombre d’observations en la matière ne permet pas de tester directement l’hypothèse, mais force est de constater que George W. Bush a bien été réélu après avoir gagné une première fois grâce à un petit coup de pouce du destin, qui lui a permis d’accéder au pouvoir avec moins de 50% des votes !
_Gabrielle_
_Gabrielle_

1 commentaires:

Jaggy a dit…

Edifiant...

Cela me rappelle une petite étude hyper intéressante, que j'avais vu sur Arte, et qui avait pour objet de comparer différentes techniques d'élections, en fonction des rêgles qui existent dans quelques uns de nos Etats démocratiques.

Ce qui était d'abord intéressant, c'était de montrer que toutes les méthodes utilisées semblaient justes :
- l'élection à la majorité à 1 tour simple,
- l'élection à la majorité à 2 tours, avec qualification des 2 premiers du 1er tour au 2nd tour (le système français)
- l'élection à la majorité à 1 tour, avec possibilité de faire 2 choix en même temps (pour avoir un 1er et un second choix)
- l'élection type grands électeurs (ou députés), c'est à dire avec des élus intermédiaires (donc une décorrélation entre le nombre de voix des électeurs et le nombre de points obtenus par les candidats)
+ un autre type d'élection dont je n'ai plus le souvenir.

L'étude a donc consisté comparer, à partir DU MEME VOTE des électeurs, les différents vainqueurs proposés par les différents types d'élections.

Résultat : il y avait 5 candidats, 5 différentes méthodes d'élections(tous à priori légitimes), les électeurs avaient voté exactement de la même manière mais on obtenait... 5 vainqueurs différents !!

Incroyable non ?

Enregistrer un commentaire