lundi 17 mars 2008

Master Politiques Publiques et Développement de l’EEP


Une fois n’est pas coutume, Ecopublix fait un peu de réclame. A la suite d'Econoclaste, nous saluons la naissance du Master « Politiques publiques et développement » de l’École d’Économie de Paris, qui devrait accueillir sa première promotion à la rentrée 2008. Cette formation universitaire de haut niveau a pour ambition de permettre à ses étudiants d’acquérir une expertise dans le domaine de l’analyse et l’évaluation des politiques publiques, un thème dont nos lecteurs savent qu’il nous est cher. Par rapport aux formations offertes en France dans ce domaine, le Master PPD met l’accent sur l’acquisition de connaissances solides en analyse quantitative et en économie. En termes de débouchés, ce Master s’adresse non seulement aux étudiants désireux de poursuivre une carrière académique en économie, mais également à tous ceux qui envisagent de travailler dans la haute fonction publique, dans les grandes organisations internationales (OCDE, OMC, etc.) ou dans les agences de développement (Banque mondiale, Agence Française du Développement, etc.). Pour avoir nous-mêmes suivi certains des cours proposés dans le cadre de ce Master, nous ne pouvons que vous recommander chaudement de jeter un œil à la plaquette de présentation et, si le cœur vous en dit, de franchir le pas en vous inscrivant avant le 31 mars !

N.B. : bien qu'ayant presque tous étudié à l’École d’Économie de Paris, nous ne faisons pas partie de l’équipe du Master Politiques Publiques et Développement et ne sommes pas parties prenantes au projet.
_Ecopublix_

3 commentaires:

toto a dit…

Je me permet de faire quelques remarques (qui n'engagent que moi). Les bonnes pour commencer. Ce master donnera certainement un excellent signal. Ses principaux atouts sont les intervenants et les quelques cours sur des domaines empiriques à la mode, qui ne sont pas disponibles ailleurs sinon au master APE (enfin à vérifier tout de même).

Ceci-dit, je relativise un peu votre engouement. Tout d'abord, il ne me semble pas apporter grand chose de plus en économétrie que le master ETE de Jean-Marc Robin, il sera peut être même plus léger en économétrie structurelle. S'il y a des intervenants renommés, certains spécialistes français reconnus à travers le monde (parfois présents à Paris pour ne pas citer les instituts) ne figurent pas sur la plaquette. Enfin, cela manque clairement de cours de micro théoriques...franchement indispensables.

Au sujet des ambitions, je serai là aussi plus sombre que vous. Soyons clair, il est presque impossible d'entrer au FMI, à la Banque mondiale et autres organisations du type OMC sans PhD. Pour l'AFD et l'OCDE c'est jouable mais la carte grande école devient quasi-indispensable...du moins si l'on recherche un poste d'analyste.

Au-delà de mes critiques, je n'en doute pas trop sévères, le contenu semble excellent même si je demeure persuadé qu'APE est plus complet.

N.B. : Je suis pas lié aux équipes d'ETE ou d'APE.

Anonyme a dit…

merci pour ce post ecopublix, il fait plaisir à tous ceux qui, comme moi, ont développé ce projet .

oui toto, vous avez raison, les étudiants intéressés par la microéconomie théorique et la microeconometrie structurelle doivent plutôt essayer de suivre les cours de Jean-Marc Robin à Paris 1.

pour le PhD vous avez raison également : c'est un pré-requis dans bien des institutions. Aussi bien, c'est la raison pour laquelle les étudiants de ce master qui le souhaiteront pourront faire un doctorat, l'ensemble des directeurs de thèse disponibles ne devant d'aileurs pas être très éloignés de celui actuel du master ape. Formellement ils recevront d'ailleurs les mêmes diplômes puisque ces deux masters ne seront au bout du compte que des spécialités différentes du programme de master et de doctorat de l'ehess.
Je ne sais pas si ce master sera moins complet qu'ape, je pense qu'il sera différent par l'accent porté sur les questions d'évaluation et de qualité des données recueillies et utilisées. En fait, j'espère
simplement qu'il augmentera le nombre d'étudiants de qualité optant pour l'économie en général, et l'évaluation des politiques publiques en particulier.

Eric Maurin

Anonyme a dit…

@toto : vu l'offre en économie empirique et la concurrence effective, je vous trouve un peu chipoteur sur les vertus a priori de ce master. car, si on fait la liste de ceux que vous supposez meilleurs dans les domaines concernés, ça fait combien d'étudiants formés par an ?

éconoclaste-sm

Enregistrer un commentaire